L’entrée dans cette cathédrale mit mes sens en émoi, mais à dix ans, tout semble plus grand.

Seul le chant de la fontaine, à l’extérieur, me rassurait. L’odeur, les couleurs, le gigantisme des cuves, tout était inédit, nouveau, étrange pour ce petit bonhomme qui accompagnait son père.
Sur les portes en fonte, d’inconnus signes calligraphiés à la craie, j’appris plus tard le goût de ces symboles : grenache, rosé, rouge, blanc. Et dans l’ombre, tapis tels des serpents, les tuyaux cannelés guettaient les faux pas.
Mais rapidement, la routine de « l’approvisionnement familial » - chariot, pesée, remplissage des bonbonnes - ​effaçait mes craintes enfantines.
Et j’attendais cette visite mensuelle avec impatience tant les sensations m’avaient marqué.
Dossier de presse

0 commento



Aggiungi un commento

Notificami sui commenti successivi :



Iscriviti senza commentare